Présentation professionnelle

MODULE 14

A l’heure actuelle, on se réjouit d’avoir 25.000 vues sur un post ou 10.000 followers mais on ne s’attache pas à savoir combien tout cela nous rapporte…

Nous définirons donc à la fois les différences et surtout les priorités !

Personne n'échappe aux évolutions de la société, des mentalités, des modus operandi, et ce, quels que soient les thèmes que nous abordons.

Formation professionnelle vente Toulouse (31), 1D BOOSTES, formations professionnelles vente et commerciales pour indépendants en Haute Garonne (31), Toulouse

En ce qui concerne celui de la vente, la technologie a bouleversé les rapports humains et semble être devenue parfois une excuse à ne pas vendre réellement.

En tout cas à ne pas pratiquer la vente comme on la pratiquait jusqu'à maintenant.

 

Le piège dans lequel il ne faut pas tomber est celui de croire que la technologie va tout faire à notre place. Par technologie, j'entends la place désormais incontournable qu'ont pris les réseaux sociaux et internet plus globalement.

Un chef d'entreprise, indépendant ou pas, qui n'est pas présent sur la toile numérique a peu de chances d'exister ou en tout cas de rebondir en cas de défaillance de son activité actuelle.

Néanmoins, cela ne suffit pas.

 

La communication et la commercialisation sont deux disciplines complémentaires et indissociables.

En communiquant, j'espère augmenter ma notoriété, mon image et j'envoie des informations au plus grand nombre ou bien à une cible privilégiée de contacts. Et j'espère obtenir des retours.

 

En commercialisant, je maîtrise mon développement car j'ai en ma possession les informations nécessaires qui me permettent d'entrer puis de rester en contact avec mes prospects. En ce sens, c'est moi qui reste responsable du retour si je pratique la méthodologie de la vente comme Bruno COCHEN me l'a apprise !!

 

Pour imager cette comparaison, prenons l'exemple de la pêche.

Soit on n'est pas regardant sur la typologie de poisson que l'on va capter et dans ce cas on peut pêcher au chalut et advienne que pourra : un coup le filet est vide, un coup il est plein, un coup il y a beaucoup de variétés et cela nous demande beaucoup de temps de trier.

Et donc on va vendre un peu de tout à un peu qui voudra bien…

 

Soit on souhaite affiner sa pêche car on veut attraper une certaine espèce de poissons et dans ce cas-là on affine aussi notre technique : pêche à la ligne, zone sélectionné, appâts adéquats, etc.

Et pourquoi a-t-on choisi cette façon de faire ? Parce qu'on sait, en amont, qui va nous acheter cette espèce : des poissonniers, des chefs étoilés, etc.

 

Tout est donc une question, encore une fois, de stratégie et de décisions.

 

Alors, chers internautes, que choisissez-vous ?

Continuer à tâtonner en espérant vendre ou vous former avec un professionnel qui maîtrise son sujet ?